Non aux Études Universitaires
Métro Montréal
October 14, 2013

Par Elisabeth Braw

Le principe "université = emploi" ne vaut plus. En effet, certains des jeunes les plus brillants boudent les cours pour créer des entreprises.

De nos jours, la plupart des jeunes fréquentent l'université, y compris ceux qui ne tenaient pas à y aller et ceux qui ne sont pas faits pour le travail académique. On nous dit qu'avoir un diplôme est essentiel pour survivre dans l'économie actuelle. Mais est-ce vraiment le cas? En Espagne, 53% des jeunes sont sans emploi, et pourtant un grand nombre d'entre eux possèdent un diplôme universitaire.

C'est la raison pour laquelle une nouvelle tendance fait surface : éviter d'aller à l'université. "Nous constatons une croissance folle de l'intérêt qu'on nous porte, dit Dale Stephens, le fondateur de UnCollege, une organisation qui encourage les adolescents à laisser tomber l'éducation supérieure. Cette année, nous avons reçu 200 demandes pour les 10 places disponibles dans notre programme d'année sabbatique. Les universités sont parfaites pour acquérir un certain type de connaissances, mais il y a trop de spécialisations au sein des domaines d'études", poursuit l'homme de 21 ans.

"Et l'âge prévu pour entrer à l'université est arbitraire : pourquoi y aller au début de la vingtaine? Pourquoi pas plus tôt, ou même 10 ans plus tard? J'encourage les gens à faire des choix différents."

À Silicon Valley, aux États-Unis, l'abandon de l'université est devenu une tendance dominante. Ses modèles? Bill Gates et Mark Zuckerberg. Plusieurs jeunes créateurs d'entreprise qui participent au boot camp pour élites Y Combinator sont des décrocheurs. Peter Thiel, le cofondateur de PayPal, remet même des bourses de 100 000 $ à des jeunes brillants pour qu'ils n'aillent pas à l'université.

"L'attestation de compétences qu'offre la formation universitaire est de plus essentielle, mais ce modèle pourrait s'effondrer, note Josh Calder, un homme qui prédit les tendances à venir au cabinet de conseil Foresight Alliance. Dans un monde idéal, la démonstration de nos talents pourrait venir à bout de cette habitude des employeurs de ne se fier qu'à des bouts de papier garants de notre savoir."

Et si les droits de scolarité universitaires continuent d'augmenter, le coût d'un diplôme deviendra un autre argument contre l'enseignement supérieur. Aux États-Unis, le coût d'un diplôme universitaire a doublé entre les années 2000 et 2012. Bien que plusieurs payent leurs études en occupant des emplois dans le domaine du service à la clientèle, les deux tiers des étudiants américains demandent maintenant des prêts.

En tant que directeur général de la firme de relations publiques MSLGroup, basée à Bruxelles, Leonardo Sforza reçoit une myriade de curriculum vitae de jeunes bardés de diplômes.

"Aujourd'hui, les jeunes à la recherche de leur première expérience de travail qui appliquent pour un emploi qualifié présentent un cursus universitaire plus riche et plus éclectique que par le passé. Ils ont de multiples diplômes qu'ils ont souvent obtenus dans plusieurs pays et universités, le tout soutenu par des compétences multilingues." - Leonardo Sforza

Malgré toutes leurs qualités, quand ces jeunes travailleurs bien accrédités doivent mettre leurs connaissances au service de leur emploi, ils laissent souvent à désirer, affirment M. Sforza et d'autres dirigeants d'affaires.

Les responsables des universités, pour leur part, mettent en garde les jeunes contre cette tendance récente à renoncer aux études supérieures. "Les gens parlent du succès de Bill Gates, de Mark Zuckerberg et de Steve Jobs, mais ce sont des anomalies extrêmes, fait valoir le Dr Daniel Hurley, directeur d'analyse politique à l'Association américaine des collèges et universités d'État. À moins d'être immensément brillant, vous avez besoin d'un diplôme pour faire une grande carrière."

Pourtant, Rujul Zaparde, lui, n'en a pas eu besoin. À 19 ans, il a refusé une place à Harvard pour cofonder et diriger une jeune entreprise de partage de voitures. La compagnie FlightCar existe maintenant depuis deux ans et compte plus de 40 employés. "Ce n'est pas que je n'aurais pas bénéficié d'une formation universitaire, confie M. Zaparde. C'est simplement que nous avons eu l'idée de créer cette compagnie et que ça a marché. Ce qui m'a le plus manqué de l'université, c'est son aspect social."

Plusieurs jeunes n'ont pas quitté l'école pour devenir entrepreneurs et ne sont pas prêts à mettre une croix définitive sur l'université, mais estiment qu'à leur âge, c'est le temps d'explorer. C'est le cas de Zelia Ziegler Hunts, 18 ans.

"Je me suis dit que si je me donnais plus de temps pour explorer mes centres d'intérêt, je pourrais rendre mon expérience universitaire plus précieuse. Je voudrais avoir une idée précise de ma raison d'y être si je décide d'y aller, indique Mme Hunts, qui est présentement une des 10 adolescentes inscrites au programme d'année sabbatique de UnCollege. Je crois que la réputation des études supérieures est surfaite. Beaucoup considèrent l'université comme primordiale pour leur avenir, alors que ce n'est peut-être pas si vrai."

Mme Hunts fréquente donc un "microcollège", mais sans accumuler les dettes. "Pendant la première phase du programme, je vis dans une maison de San Francisco avec neuf collègues et nous planchons sur une série de défis, raconte-t-elle. Cela comprend beaucoup de lecture, d'écriture, de réseautage et de programmation. C'est donc comme l'université, mais beaucoup plus flexible. Nous devons maintenant planifier les autres parties de notre année : un stage, trois mois de voyage et un projet individuel."

Alors que le prix des études supérieures continue d'augmenter et que celles-ci n'offrent pas de garantie d'emploi, ce modèle d'autoapprentissage pourrait se révéler une perspective attrayante.

Débat : Vaut-il la peine d'aller à l'université?
OUI, dit Daniel Hurley, Association américaine des collèges et universités d'État :
Si vous voulez jouir du mode de vie de la classe moyenne, vous devez aller à l'université. Au cours de la dernière récession, ce sont les gens sans diplôme qui ont été le plus touchés. Il n'y a que les gens très brillants ou qui viennent de familles aisées qui réussiront sans être passés par les études supérieures. Il ne faut pas considérer l'université comme une simple formation professionnelle. Notre personnalité croît si on passe par des environnements diversifiés. La réelle menace est l'accès aux cours gratuits en ligne. Si cette tendance persiste, l'université pourrait devenir plus élitiste : on assistera aux cours si on a les moyens de se le payer. Sinon, on s'inscrira à des cours en ligne.

NON, dit Richard Vedder Center for College Affordability and Productivity
Le nombre de personnes possédant une formation universitaire dans des emplois traditionnellement occupés par des gens moins diplômés est saisissant. Un diplômé de Harvard a de grandes chances d'avoir une belle carrière, mais 40% des étudiants américains n'obtiennent pas de diplôme, et quand ils en obtiennent un, ils finissent souvent par occuper des emplois inférieurs à leurs compétences. Encore aujourd'hui, les gens qui ont un diplôme font plus d'argent que ceux qui n'en ont pas, mais l'écart s'amincit. Un trop grand nombre de nos diplômés n'accèdent qu'à des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés. Et pendant que les politiciens avancent que tous les employeurs exigent des employés ayant une formation avancée, en réalité, ne n'est pas tout le monde qui est fait pour les longues études.

Optez pour la sabbatique ou l'aide humanitaire
Steven Roy Goodman, un conseiller pédagogique et stratège en matière d'admission universitaire de Washington, résume l'utilité de fréquenter l'université à cette question : Est-ce que sauter cette étape vous aidera à mettre à profit vos compétences?

"Si ce n'est pas le cas, autant aller à l'université", recommande M. Goodman. Et si vous estimez que oui, trouvez un emploi ou démarrez votre propre entreprise.

La clé pour garder une longueur d'avance sur vos amis qui vont à l'université, c'est de continuer à accumuler des compétences. Si vous travaillez dans une firme de technologie, comme plusieurs le font, adoptez une approche pédagogique. Par exemple, apprenez l'animation sur ordinateur, mais aussi l'édition sonore et musicale.

Le problème, c'est que vous ne saurez jamais à l'avance si votre temps sera mieux investi sur le marché du travail qu'à l'école. Mais si vous songez à fréquenter l'université parce que vos amis y sont ou parce que vous voulez faire la fête, M. Goodman, qui est aussi l'hôte d'une émission sur Higher Education Today, recommande de considérer sérieusement l'idée de vous lancer tout de suite sur le marché du travail.

Et la bonne nouvelle, c'est que vous pouvez vous servir de votre vie de salarié pour acquérir un large éventail de compétences. En fait, les gens qui prennent une année sabbatique, qui font du bénévolat ou qui s'engagent au sein d'organisations humanitaires sont souvent les préférés parmi les gens talentueux qui n'ont pas fréquenté l'université. "C'est un excellent choix, dit M. Goodman. Ça vous aide à grandir et ça vous servira dans votre carrière, en plus de vous permettre de collectionner les talents utiles. "Et souvenez-vous que vous avez toujours le choix d'aller chercher un diplôme plus tard. Ce n'est pas tout le monde qui veut aller à l'université à 20 ans."

Et en ce qui concerne l'aspect social, le travail humanitaire peut être une solution, car les ONG emploient beaucoup de jeunes qui vivent et travaillent en étroite collaboration dans un pays étranger. Leur cadre de travail devient alors un mini-campus.

Besoin d'un diplôme? Trois chefs des RH répondent

Quelles qualités-clés cherchez-vous au moment d'embaucher quelqu'un? Une bonne éducation, de l'expérience de travail ou la bonne attitude?

  • Christel Friis-Mikkelsen, directrice nationale chez H&M Danemark: Ce que nous voulons chez nos futurs employés, c'est une belle personnalité. Nous voulons des gens qui ont envie de grandir avec nous. On pourrait dire que nous recrutons pour l'attitude et qu'en ce qui concerne les compétences, c'est nous qui formons les gens.

  • Jenny Sandegren, directrice de l'acquisition de talent à Spotify: De l'expérience antérieure et de l'éducation, c'est précieux, mais c'est moins important que l'approche et la mentalité de l'individu. Nous croyons que les meilleurs talents se déplaceront vers les lieux de travail où on partage leurs valeurs.

  • Karen O'Connor, chef du recrutement pour Amnistie Internationale: Passion et valeurs communes. Si une personne a fait partie d'un groupe de défense des droits de l'Homme dans son pays, c'est très important pour nous.
Est-ce que le fait que quelqu'un détienne un diplôme universitaire peut être mal vu dans votre compagnie?
  • Christel Friis-Mikkelsen: Dans certains secteurs, être diplômé est avantageux, mais parfois, de belles occasions se présentent aux employés, et ils se retrouvent alors dans des postes où leur diplôme ne s'applique pas. Ici, aucune carrière n'est fabriquée à l'avance.

  • Jenny Sandegren: Avoir un diplôme ou non, ce n'est pas ce qui déterminera si vous obtiendrez un emploi chez nous. Les employés de notre compagnie sont dynamiques, audacieux et gravissent rapidement les échelons. Nous cherchons donc ces qualités adaptées à notre compagnie.

  • Karen O'Connor: C'est un atout, mais seulement s'il est combiné à de l'expérience pertinente. Nous sommes une organisation très académique, nos recherches doivent être impeccables.
<<Back to Steve in the News
© 1999-2017 Steven Roy Goodman and TopColleges.com
Strategies for Acing the College and Graduate School Admissions Process
(202) 986-9431
steve@topcolleges.com
3554 Appleton Street, NW
Washington, DC 20008
Skype: gotouniversity
YouTube: Steven Roy Goodman